EDUSEX
EDUSEX
LE RYTHME

Le bon rythme lors du coït


Vaste sujet que le rythme et la vitesse des mouvements de va et vient pendant la pénétration.

C’est en théorie assez simple :
Le bon rythme et la bonne vitesse sont ceux qui permettent d’atteindre l’orgasme, pour un partenaire comme pour l’autre !

Sérieusement, le plus compliqué dans tout ça, c’est de trouver quel rythme convient à l’un comme à l’autre des partenaires : des mouvements trop rapides des le début du rapport peuvent entrainer une éjaculation rapide pour l’homme, et/ou une perte de sensation pour la femme. Un rythme lent s'avérera monotone à la longue et peinera à transporter les amants vers les soubresauts finaux. Il faut donc savoir varier et « écouter » le corps de l’autre pour jauger.

Attention, il ne faut pas penser que cette histoire de rythme n’est destinée qu’aux hommes. Les femmes elles aussi devront veiller au grain, soit en donnant des indices vocaux à leur partenaire, soit en accompagnant le mouvement, soit en prenant le contrôle comme certaines positions le permettent, par exemple l’andromaque ou même une variante de la levrette où l'homme reste immobile mais c'est la femme qui s'avance et se recule.


Le rythme du débutant et la construction du rythme

Pour les novices, il est plutôt conseillé de commencer par un rythme très lent mais franc (par franc, on désigne une pénétration complète, c'est-à-dire jusqu'à la garde du pénis).

Puis petit à petit, au fur et à mesure des envies et des sensations, le rythme peut s'accélérer.


Jouer sur la profondeur

La profondeur de la pénétration varieront pendant le rapport. A noter, une introduction moins profonde permet souvent de mieux stimuler le point G qui n'est situé qu'à quelques centimètres de l'entrée du vagin.


On passe la seconde?

Attention, lors d’un changement de vitesse, il faut être en mesure de garder ce nouveau rythme au moins quelques instants, donc encore une fois, rien ne sert d’aller trop vite des les premiers instants, ce n’est pas une course de vitesse, mais plutôt un marathon-relais, où le temps ne compte plus, c’est la distance le vrai problème, et les deux amants vont se partager la tâche des efforts pour atteindre ensemble la ligne d'arrivée !

D’abord on s'échauffe doucement, puis on monte en puissance dans l’effort, quitte à revenir quelques fois à un rythme plus doux avant de finir sur le sprint final.


Garder le rythme

Pour garder un rythme, il peut être utile et judicieux de "compter" intérieurement jusqu'à 4, puis de recommencer indéfiniment.

L'intérêt de conserver un rythme établi est que votre partenaire va s'attendre à un coup de butoir à ce moment précis, ce qui est bon pour l'orgasme. A contrario, des mouvements de va et vient complètement désynchronisés ou trop complexes risquent de faire tomber la mayonnaise rapidement.

Cette technique s'applique très bien aussi au cunnilingus.


< L'introduction du pénis
Le cunnilingus >